Accueil Actualité Apatridie : la RADHO-Guinée dévoile son rapport de 3 mois (enquête)

Apatridie : la RADHO-Guinée dévoile son rapport de 3 mois (enquête)

En République de Guinée, nombreuses sont ces personnes exposées à des risques d’apatridie. Pour venir en aide à ces personnes démunies, l’le observatoire la Rencontre Africaine des droits de l’homme (RADHO), s’est fixé comme objectif, la sensibilisation pour leur intégration dans un territoire donné.

Ce jeudi, 26 novembre 2020, ce collectif piloté en république de Guinée par Moussa SAMORA, était devant la presse pour présenter la conclusion de l’étude menée sur les personnes à risque d’apatride sur le territoire guinéen.

Après trois mois d’enquête qui a essentiellement porté sur la capitale Conakry, l’équipe s’est dirigée dans la préfecture de Forécariah. Pour le coordinateur de  l’observatoire la Rencontre Africaine de droits de l’homme en république de Guinée (RADHO-Guinée), les raisons de choix de ces deux zones sont simples.

Masquer les messages précédents
« Généralement, nous avons pris Conakry pour première cible. Après la capitale, nous sommes partis à Forécariah parce que ça coïncidé à un déplacement massif des Sierra-léonais en mars 2017 suite à une persécution nuitamment par des forces de l’ordre qui se sont finalement retrouvés sur le territoire guinéen. Généralement, nous avons un partenariat avec la CM, qui nous a orienté vers là-bas pour soutenir ces personnes qui sont beaucoup exposées que ceux qui ont déjà duré ici. Et effectivement, ces personnes était vraiment exposées à ce risque », rappelle Moussa SAMORA

La notion d’apatride reste différente de celle de réfugié. SAMOURA tente de préciser : « un apatride, c’est celui-là qui est sans nationalité et un réfugié, c’est cette autre personne qui quitte son pays ou sa région pour fuir un danger »», a-t-il défini avant de préciser que leur enquête n’a révélé aucun cas précis en République de Guinée, mais des personnes potentiellement exposées, c’est-à-dire ces personnes qui sont là depuis plus de dix ans, non seulement elles l’ont par inacceptation d’intégrer la nationalité guinéenne, non plus accepter de se retourner dans leur pays d’origine, mais qui étaient là dans l’espoir d’être réinstaller dans les pays occidentaux comme le faisait, dit-il HCR vers années 90 jusqu’en 2000.

A sa prise de parole, Alpha Mamadou DIALLO, Conseiller juridique de l’observateur RADHO-Guinée, n’a pas oublier de mentionner les conséquences liées à ce phénomène en tant être humain.

« Essentiellement les personnes à risque d’apatride se retrouves parmi ces gens, qui n’ont aucun lien juridique avec un Etat, autrement dit, ils ne possèdent aucune nationalité. Et lorsqu’une personne n’a pas, la nationalité, généralement elle n’a pas droit à certains privilèges vis-à-vis de l’Etat », a-t-il expliqué.
C’est pourquoi, ce collectif a entamé leur rapport par la sensibilisation de ces personnes, afin de les ramener au choix entre : « accepter de se retourner et intégré la nationalité du pays de résidence », , a-t-il expliqué.
C’est pourquoi, ce collectif a entamé leur rapport par la sensibilisation de ces personnes, afin de les ramener au choix entre : « accepter de se retourner et intégré la nationalité du pays de résidence », il ne se reste que pour la protection de leurs enfants. En même temps, mener des plaidoyers auprès des Etats, d’accepter d’accorder la nationalité de l’Etat, d’où l’objectif de la rencontre tenue à Banjul en 2017.

 

Tamba Pierre LENO/ guineepanorama.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Plus Populaire

N’Zérékoré/ Affaire patriarche : Les graves révélations de Wolopé Zogbélémou

Nous continuons de suivre les  épisodes du feuilleton sur la succession du défunt patriarche de N'Zérékoré, feu Mol Holo Hazaly Zogbélémou. Après l'intronisation du...

Justice/Condamnation des trois journalistes : le SPPPG dénonce l’acte du juge Abdoul Gadiri DIALLO

  A quelques heures de la condamnation de trois journalistes chroniqueurs de l'émission ‹‹ Africa 2015 ›› de la Radio Nostalgie par le Tribunal de...

Affaire patriarche de N’Zérékoré : le maire répond à Sékou Souapé Kourouma

Du nouveau dans le feuilleton '' patriarche de N'Zérékoré''. Après être intervenu hier sur Radio Espace pour édifier l'opinion sur les règles de choix...

HADAFO MEDIAS : Antoine Kourouma devient le directeur de l’information de la Radio Espace

Le journaliste et chroniqueur des Grandes gueules, Antoine Kourouma vient d'être nommé au poste de Directeur de l'information de la Radio Espace. Il remplace à...

Recent Comments