Accueil Actualité Kouroussa: à la découverte des fétiches, la fabrique rituelle des hommes et...

Kouroussa: à la découverte des fétiches, la fabrique rituelle des hommes et des dieux, une autre religion dans le pays manding (reportage)

A la découverte des fétiches et génies. C’est dans un village situé à une trentaine de kilomètres de la commune urbaine de Kouroussa Kondian. Chaque année, comme il est de coutume, le dernier mercredi du mois lunaire est consacré à la célébration de la fête des fétiches.
La  plupart des féticheurs célèbrent cette  journée spéciale pour renouveler les  leurs et laisser les anciens  fétiches. Cette pratique est une ancienne coutume de la religion animiste depuis des temps de L’empire mandingue.  Dans le jargon de la langue maninka cette periode est appelée « djonbènarabalaban », qui signifie période de la fête des fétiches.
 Un moment pendant lequel ils font sortir les anciens fétiches et les renouveler, une pratique animiste au cours de laquelle des animaux sont égorgés. Chaque animal abattu son sang est versé sur les différents fétiches donnant  une signification.
Tout d’abord, un certain nombre de particularités caractérisent les pratiques corporelles du « féticheur » et notamment sa gestuelle, uniquement dans les périodes rituelles.  Ainsi, lorsqu’il s’adresse à son objet, il doit le faire d’une façon singulière.  Sa parole doit être chuchotée très rapidement sur une seule respiration. À la fin de son discours – ou de son dialogue avec l’objet, il  s’accroupit puis se bouche les oreilles avec les mains et, ingérant une petite quantité d’eau dans laquelle étaient au préalable trempées des noix de cola.
La série d’actions rituelles au sein de laquelle cette communication prend place commence souvent par une consultation divinatoire. Que cette consultation ait lieu ou non, le maître qui détient les artefacts que l’on souhaite solliciter, leur expose oralement le problème qui a amené le client chez lui en cherchant à savoir s’ils acceptent de le prendre en charge. A la fin de son discours, il leur présente l’eau, les noix de cola et les animaux sacrificiels, puis devient muet au moment du sacrifice proprement dit. Ensuite, il restitue à voix haute le contenu discursif de la réponse des fétiches  qui s’exprime à travers la trajectoire et la position à terre des colas et des poulets offerts.
Ainsi, au cours du sacrifice, un basculement s’opère : on passe des modes d’expression humaine aux modes d’expression divine.
Mamady Konaté est un dépositaire, grand féticheur de toute la localité de hamana, selon lui, il est né d’une famille possédant un pouvoir divin
 «  je suis né d’une famille féticheuse tous mes parents sont issus de cette pratique nous l’avons hérité depuis nos arrièrezarrières grands-parents; je gagne  de l’argent dans cette pratique, je construis et nourris  ma famille  dedans, c’est ma religion »
Fassou Papus Loua, correspondant guineepanorama.com/ Kouroussa

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Plus Populaire

Covid-19: le gouvernement rappelle ‹‹ les manifestations de masses restes suspendues sur toute l’étendue du territoire national ›› (Communiqué)

Le gouvernement guinéen a réitéré à sa population le respect de l'un des gestes barrières liés à la limitation de la pandémie Coronavirus. Il...

Coopération Guinéo-Russe : Dr Mohamed Diané contact le vice-ministre russe de la Défense

En séjour de travail à Moscou, le ministre guinéen de la Défense Dr. Mohamed Diané a été tour à tour reçu par le vice-ministre...

Présidentielle américaine: 15 jours après sa défaite, Trump est toujours enfermé dans le déni

Cela fait deux semaines ce samedi que Joe Biden a été déclaré vainqueur de l’élection présidentielle aux États-Unis, mais Donald Trump refuse toujours d’accepter...

CPI : dix candidats repêchés dans la course à la succession de Fatou Bensouda

Déçus par les quatre personnes présélectionnées pour succéder à la procureure générale, les États parties ont décidé le 13 novembre de faire revenir dans...