Accueil A la une Présidentielle 2020 : discours intégral de Makalé TRAORÉ, présidente du PACT, le...

Présidentielle 2020 : discours intégral de Makalé TRAORÉ, présidente du PACT, le jeudi 03 septembre, lors de son investiture

CHERES CONCITOYENNES, CHERS CONCITOYENS,

Rendons grâce à Dieu qui nous réunis ici et maintenant en Paix. Permettez-moi d’avoir une pensée très forte pour mes parents qui m’ont donné la vie, qui m’ont appris la vie et ses valeurs cardinales. Je tiens d’eux que l’être humain est au-dessus de tout et que sa vie est sacrée.

Ils ne sont plus de ce monde, j’implore leur protection de là où ils sont pour qu’ils continuent à veiller sur moi dans cette mission que venez de me confier et que j’accepte avec humilité.

Je voudrais vous remercier, tous et toutes en vos titres grades et qualités et vous dire combien je suis heureuse de vous savoir tous présents à nos côtés en ces instants historiques de la vie de notre parti pour cette cérémonie d’investiture.

Merci aux responsables et citoyens du PACT, à mes collègues de tous les jours, à mon personnel, à mes amis fidèles, mes frères et soeurs mes enfants, mes petits-enfants et à mon très cher époux.

Merci au comité d’organisation pour ce formidable travail, avec à sa tête notre grande H Mahawa Bangoura.

CHERES CONCITOYENNES, CHERS CONCITOYENS

J’ai eu la chance d’être née guinéenne il ya 59 ans à Dakar, commencé ma scolarité à Kankan, puis Pita, Mamou, Fria, Conakry, Guékédou, Pita une deuxième fois, Conakry, Lomé, la France et retour en Guinée en 1995.

Depuis cette date, J’ai sillonné la Guinée, vécue chez l’habitant, partagé son repas, son quotidien. Je pu voir l’extrême pauvreté de nos populations, résignées et dignes.

J’ai vu les femmes dédiées aux pires corvées des tâches ménagères, des travaux champêtres, des conditions inhumaines de procréation, des souffrances, des humiliations et des violences de toutes sortes vécues en silence;

J’ai fréquenté le milieu de l’éducation en ayant enseigné gratuitement 10 ans dans nos universités. J’ai pu me rendre compte de la bravoure de nos enseignants dans un dénouement total qui a fini par en déshumaniser certains malgré eux. De nos jours, ils ne sont ni respectés, ni écoutés, ni reconnus pour le service rendu à la nation; 

J’ai également observé l’abandon de nos villages, nos terroirs, nos valeurs culturelles au profit de zones urbains, fautes d’infrastructures et de services sociaux de base. La souffrance des hommes, des femmes et des jeunes qui y vivent est incommensurable; 

Dans nos villes, des familles sont installées dans des quartiers précaires, inquiètes à l’approche de l’hivernage. Elles subsistent et vivent dans la plus grande crainte de tomber malade et de ne pas pouvoir se soigner. 

Notre jeunesse, souvent sans qualification ou diplômée sans emploi, est frappée par un chômage massif. Elle végète dans un désespoir en écumant les cafés. Elle affronte la mer au risque de sa vie et se sent de moins en moins appartenir à notre nation.  

Je pourrais continuer et citer le corps médical, le secteur privé, les fonctionnaires, les institutions, la gouvernance à tous les niveaux.…. 

CHERES CONCITOYENNES, CHERS CONCITOYENS,

La Guinée, notre chère patrie va mal. Elle est traversée par des fractures profondes. Elle est en crise, une crise désormais structurelle par sa durée, son ampleur et sa profondeur. Une crise qui touchent toutes les catégories sociales du pays à cause du modèle de développement choisi jusqu’à maintenant. 

La croissance ou l’augmentation de la production ne provoque pas nécessairement le développement. Notre pays et bien d’autres qui connaissant depuis des décennies une croissance parfois à deux chiffres en sont l’illustration parfaite. Elle demeure pour beaucoup l’unique boussole des politiques proposées. Les crises sociopolitiques répétitives démontrent que ces croissances sont des trompe-l’œil. 

Les faibles revenus d’une personne ne peuvent lui permettre de subvenir aux besoins essentiels de sa famille, à fortiori de sa communauté. Malheureusement, ces questions sont restées sans réponse de l’Etat ou laissées à la seule charge des familles et des communautés.

Aujourd’hui, les solidarités familiales et communautaires sont à bout de souffle tant en milieu rural qu’urbain. La société civile est épuisée, la pauvreté a inhibé nos énergies, la démagogie et l’ethnocentrisme ont mis à rude épreuve notre solidarité, notre unité nationale, notre empathie, notre humanisme. 

Les guinéens en sont arrivés à penser une chose et défendre publiquement le contraire par tous les moyens y compris en sacrifiant la paix, la justice, nos valeurs et la vie d’autres guinéens.

Notre conception du développement économique est en nette rupture avec ces politiques qui favorisent l’absence de développement, la montée des inégalités et la diminution du pouvoir d’achat des populations. 

Je suis réfractaires à la macroéconomie qui pour moi est bâtie sur la toute-puissance de l’argent et fondée sur l’attribution des privilèges. Pour moi, c’est la microéconomie qui génère une prise en compte de l’être humain, ses besoins essentiels fondés sur les droits et les préoccupations des populations. 

C’est pourquoi, notre politique économique vise le cœur du développement par la distribution et la répartition de la richesse au bénéfice de tous. Elle sera basée sur nos potentialités humaines et naturelles avec des innovations en matière de financement et d’accompagnement des divers acteurs et structures de production.  

C’est pourquoi, le programme de gouvernance de notre parti, le Parti de l’Action Citoyenne par le Travail (P.A.C.T), est bâti sur cinq piliers au centre duquel il y a l’homme et la satisfaction de ses besoins fondamentaux. Ce sont :

  • Un Programme Présidentiel pour l’inclusion sociale, économique et financière;
  • Une meilleure gouvernance fondée sur le respect de la loi; 
  • Un Programme de Réforme de l’Education;  
  • Un développement équilibré de nos régions; 
  • La construction de véritables relations apaisées avec les pays voisins. 

I MES ENGAGEMENTS POUR L’INCLUSION SOCIALE, ECONOMIQUE ET FINANCIERE

Dès ma prise de fonction, 75% du budget 2021 seront consacrés aux secteurs sociaux dont 15% à l’éducation, 30% aux mesures d’inclusion sociale, économique, financière et 30% au développement de nos régions, soit un total de 15.750 milliards de francs guinéens. Une Loi de Finance Rectificative sera exceptionnellement votée à cet effet. 

Pour la mise en œuvre de ces engagements, un vaste Programme Présidentiel pour l’inclusion sociale, économique et financière sera immédiatement mis en place à travers une Caisse Nationale pour l’Egalité de Chance (CNEC), un Fonds de Développement Régional (FDR) et un Programme de Réforme de l’Education pour un coût total de 20.120 milliards de FG la première année. Le dispositif sera garanti à long terme par des prélèvements dans les activités à forte rentabilité que sont les télécommunications, les industries extractives, transactions financières et le patrimoine bâti. Cet ambitieux programme se décline en trois volets :

1) Création d’une Caisse Nationale pour l’Egalité de Chance (CNEC)

Cette structure aura en charge la gestion de plusieurs fonds et programmes. Elle sera doté de 30% du budget national, soit 6.300 milliards de francs guinéens auxquels vont s’ajouter 1870 milliards d’économie sur le train de vie de l’Etat et 2.500 milliards sur les dépenses communes du budget national. Cette enveloppe de 10.670 milliards de francs guinéens servira à mettre en place :

  1. Le Fonds Emplois Jeunes Communaux et Communautaires (FEJCC) de 1.800 milliards par an pour créer 100.000 emplois communaux et communautaires par an et pendant 5 ans.  
  1. Le Fonds Prioritaires Entrepreneurs Jeunes (FONPEJ) de 3.000 milliards par an  pendant 5 ans. Un programme d’appui au montage de projets innovants, des inventions et d’accompagnement des Jeunes entrepreneurs pour 2.000 milliards et 1.000 milliards seront consacrés aux investissements et aménagements touristiques. Il permettra de financer 1.000 projets par an et générer 30.000 emplois par an.  

 

  1. L’Allocation de Sécurité Familiale et Educative (ASFE) de 3.000 milliards francs guinéens par an et pendant 5 ans. Les femmes au foyer défavorisées seront désormais considérées comme des employées de maison et leurs travaux ménagers considérés comme un emploi domestique. Elles sont environ 250.000 et recevront une allocation de 1.000.000 par mois et par famille pour soutenir l’inscription et l’assiduité des enfants à l’école.                                         
  1. Le Fond de Garantie pour l’Autonomisation des Femmes et Filles (FONGAFF) de 1.000 milliards pour les prêts bonifiés en faveur des les femmes, des filles et des groupements féminins. 
  1. Le Fond de Sécurité Sanitaire des Femmes (FSSF) de 200 milliards par an pour les femmes en situation de famille.
  1. Le Fond de Bonification des Retraites de 120 milliards par an permettra d’augmenter la retraire des cadres supérieurs 3.000.000 FG par mois et 2.000.000 FG pour les cadres moyens applicable dès le 1er janvier 2021.  
  1. Le fonds d’aide à l’acquisition de terrains viabilisés pour les enseignants et le personnel de santé de 100 milliards par an;
  1. Le  fonds de 100 milliards par an pour la préparation et l’accompagnement des candidats aux concours internationaux notamment le CAMES…;
  1. La revalorisation du SMIC qui passe de 440.000 fg à 1.320.000 fg dès le 1 janvier 2021 pour un coût annuel de 1.200 milliards de francs guinéens;
  1. La valorisation des bourses extérieures des étudiants guinéens à 500 dollars par mois pour la licence et 600 pour le master et le doctorat. Il s’y ajoute un montant de 500 de frais d’installation. Cette valorisation sera appliquée dès le 1er janvier 2021 pour un coût annuel de 150 Milliards par an.

2) Création d’un Fonds de Développement des Régions (FDR).

Le monde rural et agricole représente 65% de la population guinéenne, mais l’essentiel des activités est concentré en milieu urbain. Pourtant, la capitalisation de notre potentiel rural est fondamentale pour notre économie et pour un développement au service des populations. C’est pourquoi, nous métrons en place le Fonds de Développement des Régions (FDB) qui sera doté de 30% du budget national, soit 6.300 milliards de francs guinéens par an pendant 5 ans pour réduire le fossé entre les zones rurales et urbaines dont :

  1. Un programme de financement des infrastructures et services sociaux de base de 4.300 milliards par an sur le FDR. 
  2. Un programme de sauvetage des catastrophes de Kaback, kakossa et alentours, un des greniers de la Guinée pour 1.000 milliards par an sur le FDR pendant 5 ans;
  3. Une restructuration des quartiers inondables et précaires dans les banlieues de Conakry pour 1.000 milliards par an pendant 5 ans;  
  4. Un programme de sauvetage des localités déstructurées par les mégas investissements pour 10.000 milliards de francs guinéens par an financés par les revenus miniers et industriels;  

3)           Programme de Réforme de l’Education

Dans cette perspective, nous allons organiser les Etats Généraux de l’Education dès 2021 à l’issu duquel le système éducatif bénéficiera désormais de 15% du budget national, soit 3.150 milliards de francs guinéens par an avec un focus sur :

  1. La formation des formateurs;
  2. La valorisation du salaire des enseignants; 
  3. La Formation technique et professionnelle;  
  4. L’apprentissage, l’enseignement des sciences dès le bas-âges; 
  5. L’Encadrement de l’enseignement religieux avec un appui financier et la modernisation des contenus; 
  6. Les Lycée Sport/Etudes pour les jeunes talents pour toutes les disciplines sportives ; 
  7. Une meilleure Insertion des Handicapés dans le système éducatif et le monde du travail.

 II MES ENGAGEMENTS POUR UNE NOUVELLE GOUVERNANCE

La nouvelle gouvernance va rassembler des femmes et des hommes de conviction et de talents dans un Gouvernement d’Intégration National resserré de 24 ministères au service de la Guinée en réduisant drastiquement le train de vie de l’Etat et en permettant au secteur privé et à la société civile de jouer pleinement leur rôle d’acteurs de développement. 

III MES ENGAGEMENTS POUR LA PROMOTION DE LA DÉMOCRATIE ET L’ETAT DE DROIT 

La démocratie doit assurer au plus faible les mêmes opportunités, les mêmes droits qu’au plus fort. Notre pays est présenté comme un pays démocratique du fait de la tenue d’élections. 

Pour autant, la démocratie ne se limite pas à ces seuls principes aussi importants soient-ils. Elle exige notamment la liberté des individus, la règle de la majorité, la séparation des pouvoirs, législatif, exécutif et judiciaire, l’indépendance de la Justice et surtout le respect de la Constitution. 

Autant de principes qui ne sont jamais des acquis définitifs mais plutôt des quêtes collectives permanentes que chaque acte participe à renforcer. En somme, il faut veiller à ce que l’Etat de droit soit respecté et que la loi soit au-dessus de toutes et de tous

IV       MES ENGAGEMENTS POUR LA QUALIFICATION DE L’ADMINISTRATION PUBLIQUE

La ville de Conakry doit conserver son rôle de capitale politique et économique du pays, mais le développement de métropoles secondaires est un enjeu clé pour l’avenir du pays. 

En effet, la pression foncière constatée dans la région de Conakry est susceptible de freiner son développement comparé aux autres capitales africaines. Il est ainsi indispensable de décongestionner Conakry et de la moderniser. 

Nos communes sont ingérables parce que trop grandes et trop peuplées pour qu’il y ait une adéquation entre les préoccupations des populations et la gestion des services locaux. 

Une telle vision nécessite de gros investissements et l’impératif de rééquilibrage des fonctions territoriales par une politique d’aménagement globale et intégrée, pensée en fonction des spécificités de chaque région mais avec une vision d’ensemble. Il faut y faire face maintenant avec un audacieux Programme de Développement Régional financé par le FDR;

V MES ENGAGEMENTS QUANT AUX FONDAMENTAUX ECONOMIQUES DU DÉVELOPPEMENT

La nature et la qualité des infrastructures ont toujours déterminé les capacités économiques réelles d’une nation. Il s’agit des réseaux routiers et ferroviaires, de l’énergie, du transport, des systèmes d’irrigation et de maîtrise des eaux etc…

A Mes engagements pour les infrastructures:

  1. La réalisation effective des projets routiers et programmes prévus dans le cadre du PNDS;
  2. Un programme d’indemnisation des déguerpis de Koloma et la construction du centre directionnel de Koloma financée la première année par la réorientation des 800 Milliards dépensés par an en locations de bâtiments privés pour abriter les services de l’administration publique. Le programme sera pérenniser par le budget de l’Etat;

B Mes engagements pour l’énergie

Face au défi de la demande d’électricité pour nos foyers et nos entreprises, aucun choix ne doit être fait de façon hâtive. Aucune ressource ni solution ne peut être écartée pour des raisons conjoncturelles ou idéologiques. 

Notre politique énergétique se fondera sur le « Mix énergétique» car la demande en électricité s’établit sur plusieurs niveaux, chacun correspondant à des marchés différents. Aussi, une solution durable de production d’énergie implique l’adaptabilité spatiale et temporelle aux spécificités des besoins et des ressources de notre pays. Pour cela, je m’engage à:

  1. Auditer et Restructurer EDG ainsi que les immenses investissements énergétiques par des compétences nationales;
  2. Libéraliser totalement le secteur de la production pour une fourniture en «Mix énergétique» (solaire, thermique, photovoltaïque, biomasse, hydraulique, géothermie, éolienne);
  3. Formuler un programme national d’intégration du solaire photovoltaïque dans le bâti et les édifices publics.

C Mes engagements pour la santé et le bien-être

Je m’engage notamment à

  1. Mettre en place un système de Couverture Maladie Universelle de  base en Guinée,
  2. Construire 4 nouveaux hôpitaux de niveau régional pendant les 5 ans sur le Fonds de Développement Régional, FDR;

D Mes engagements relatifs à l’économie nationale

La bonne gestion n’est pas liée la non dépense mais à la bonne dépense. Notre économie nationale souffre de la mauvaise dépense, du détournement endémique des deniers publics, du gaspillage des ressources financières et humaines et des lourdeurs administratives qui favorisent la corruption. Pour améliorer la gestion de nos ressources, je m’engage notamment à :

  1. Créer une banque du Trésor afin d’alléger les procédures de paiement. Il sera chargé de collecter l’ensemble des ressources de toutes les régies financières;  
  2. Bancariser tous les budgets sectoriels, avec une évaluation tous les six mois de leur exécution;
  3. Réviser le code des marchés publics pour y intégrer le principe de répartition des marchés financés par le budget national; 
  4. Appliquer un taux de 5% de TVA pour les services touristiques et les entreprises crées par les jeunes ;
  5. Réduire à 20% le taux d’impôt sur les PME/PMI et les entreprises créées par les jeunes pendant les 5 premières années  afin de compenser la valorisation du SMIC; 
  6. Un plan de baisse des prix des denrées de premières nécessités par un audit de la structure des prix et la mise en place d’un système de péréquation afin de régulariser et surtout de plafonner ces prix; 
  7. Le respect scrupuleux de la flexibilité du prix du carburant dans la fixation du prix à la consommation;

E         Mes engagements pour les télécommunications

Pour ce qui concerne les Télécoms, TIC et Télé services, le rôle de l’Etat sera crucial pour sécuriser les recettes générées par ce secteur afin qu’il y en est une traçabilité dans le budget national.     

F Mes engagements pour le secteur minier

En Guinée, le dossier minier est très complexe.  La Guinée vit aussi la malédiction des ressources. 

IL y a eu d’importants projets réalisés qui suscitent l’espoir des jeunes, des femmes, des entrepreneurs et des communautés mais ces attentes sont déçues créant, autour des mines en activité et des projets en cours, des remous sociaux et des revendications de toutes sortes notamment la protection de l’environnement, l’accès à l’eau et l’électricité, les activités génératrices des revenus, le désenclavement des zones de production. 

Nous croyons aux investissements étrangers car la Guinée a besoins de capitaux, de marchés, d’expertise étrangère.  Je m’engage à:

  1. Instaurer une trêve des contrats miniers en Guinée;
  2. Respecter les engagements de l’Etat au nom de la continuité de celui-ci;
  3. Faire respecter et appliquer effectivement le contenu local;
  4. Corriger les insuffisances des contrats miniers avec la question centrale de l’environnement, la qualité de vie et les sources de revenu de nos populations;
  5. Organiser et appuyer l’orpaillage au profit des populations guinéennes et les protéger contre les risques de pollution;
  6. Réfléchir à un concept Ecole/mine pour lutter contre la déscolarisation de nos enfants dans les zones minières.

 VI MES ENGAGEMENTS POUR LA REFORME DE L’ADMINISTRATION PUBLIQUE

Le gros problème de notre administration demeure la corruption endémique de nos administrateurs à tous les niveaux.

La corruption sape les fondements de la République, freine les transactions, décourage l’investissement et crée un état d’insécurité judiciaire incompatible avec un climat propice à la création de richesses.  Je m’engage pour notamment : 

  1. L’Instauration d’un partenariat entre l’IGE, la société civile et le secteur privé pour le suivi et l’exécution des lois, des programmes, des projets et du comportement économique de l’Etat sur le terrain; 
  2. Instauration de la notion de flagrant délit pour les détournements de biens publics.

VII MES ENGAGEMENTS POUR GARANTIR LA STABILITÉ, LA SÉCURITÉ ET L’INTÉGRATION AFRICAINE

 je m’engage notamment à:

  1. Développer une diplomatie de voisinage  avec les pays frères;
  2. Renforcer nos relations avec nos partenaires bis et multilatéraux, en particulier avec la France; 

VIII      MES ENGAGEMENTS POUR LA DEFENSE ET LE MAINTIEN DE LA PAIX

 Je m’engage notamment à :

  1. Mettre en place d’un Conseil National de la Paix en Guinée;
  2. Mise en place d’une Commission nationale pour l’écriture de l’histoire de la Guinée;
  3. Moderniser les moyens d’action des forces de défense et de sécurité (FDS); 
  4. Réviser les conditions de recrutement au sein de nos Forces de Défense et de Sécurité pour un meilleur lien Armée/Nation; 
  5. Continuer la réhabilitation des écoles de formations militaires; 
  6. Renforcer la couverture sociale des FDS (santé, retraite) et le dispositif de protection sociale et de prise en charge des blessés et mutilés de guerre ainsi que leurs familles;
  7. Améliorer les passerelles professionnelles entre la vie militaire et civile par un système d’équivalence qui  valorise les connaissances professionnelles acquises par les FDS et offrir des débouchés civiles;
  8. Faire des FDS un outil de développement (Santé, Génie);  

IX MES ENGAGEMENTS POUR LES AFFAIRES ETRANGERES ET LA DIPLOMATIE DE DEVELOPPEMENT

 Je m’engage notamment à : 

  1. Réorganiser et rationaliser notre outil diplomatique en recentrant les activités de nos diplomates sur le développement économique pour une diplomatie de développement.  
  2. Rationnaliser la carte diplomatique en redéployant et en renforçant notre personnel diplomatique en Afrique et particulièrement dans les pays limitrophes  afin de consolider des partenariats stratégiques ; 
  3. Mettre en place un Conseil des Affaires étrangères qui aide le chef de l’Etat à mieux définir et à évaluer la politique étrangère ;

X MES ENGAGEMENTS POUR UNE POLITIQUE DE LA DIASPORA

  Je m’engage notamment à :

  1. Proposer une représentation des Guinéens de l’extérieur à l’Assemblée Nationale ;
  2. Créer la Maison des guinéens de l´extérieur, espace d’accueil, de rencontre, d’orientation et de regroupement de la communauté guinéenne; 

CHERES CONCITOYENNES, CHERS CONCITOYENS,

J’accepte d’être la candidate du Parti de l’Action Citoyenne par la Travail pour les élections présidentielles de 2020. Mon engagement est total, derrière personne, pour le compte de personne mais pour les guinéens, l’ensemble des guinéens que je m’engage à ressembler sans distinction politique, ethnique, religieuse et sociale.

Aujourd’hui, nous sommes désespérés. Nous avons peur du lendemain. Il nous arrive même de ne pas être fier d’être guinéen.

Mais notre lendemain ne se construira pas seul. Ce sont les hommes, les femmes et les jeunes qui le construiront à force de travail, d’entente et de patriotisme en se donnant la main au-delà de nos différences et surtout au-delà du militantisme révolu car source de conflits, de déchirement, de haine, de destruction de l’avenir de notre patrie, notre vivre ensemble si cher à nos parents et grands-parents. 

Le P.A.C.T vous propose un Parti Citoyen, le Parti de l’Action Citoyenne par le Travail. Un Parti qui n’est ni pensé, ni conçu, ni structuré sur la base du militantisme mais sur la base de la citoyenneté.

Le PACT n’a ni Comité de Base, ni Section, ni Fédération, il a des équipes PACT Carré, Equipes PACT secteur, Equipe PACT Quartier, des Equipe PACT Communale etc… Avec juste un chef d’équipe et deux adjoints. Ce concept politique est nouveau et nous permettra de ressouder les morceaux, nos morceaux, notre unité, notre vivre ensemble. C’est de cela que notre pays a besoin désormais et non militantisme qui a fait tant de mal à notre pays. Je vous demande de vous y engager avec nous pour construire notre avenir commun.

Rien ne vaut l’engagement de toute une population. Rien ne vaut la mobilisation de tout un pays pour changer son destin. Rien ne peut arrêter la détermination des hommes, des femmes et des jeunes que vous êtes pour changer le cours de l’histoire, de votre histoire, de notre histoire pour vivre mieux en paix dans notre pays.

Je vous invite à construire avec le PACT, une nouvelle présidence pour la paix en Guinée, une présidence pour rassembler tous les guinéens, une présidence pour une nouvelle vision de la Guinée, une présidence pour une nouvelle image de la Guinée, une présidence pour un Gouvernement d’Intégration Nationale pour une Guinée forte, ambitieuse sans chasse aux sorcières.

Je vous invite à vous engager pour ne pas rater le rendez-vous de ce grand moment de notre histoire pour montrer le chenin de l’honneur, de la paix, de la prospérité partagée.  Je vous invite à être déterminés, je vous invite à gagner avec moi le pari de l’ALTERNANCE HISTORIQUE EN GUINEE le 18 octobre 2020.

      VIVE LE PARTI DE L’ACTION CITOYENNE PAR LE TRAVAIL

  VIVE LA PAIX

VIVE LA REPUBLIQUE DE GUINEE

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Plus Populaire

Scrutin du 18 octobre : la CENI proclame les résultats provisoires de quatre circonscriptions avec le RPG arc-en-ciel à la tête

La Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI), le seul organe habilité à proclamer les résultats provisoires selon les textes juridiques, vient de rendre publique les...

Guinée/ Covid-19 : l’ANSS fait le point « 61 nouvelles infections, 14 guéris du jour »

A travers leur décompte en ce 20 octobre 2020, l'Agence Nationale de Sécurité Sanitaire (ANSS),  révèle 61 nouvelles infections, 14 guéris du jour sur 775 personnes nouvellement testées,...

Dixinn: le domicile de Cellou Dalein Diallo entouré par les forces de sécurité

Le domicile du principal opposant du régime Condé, Mamadou Cellou Dalein DIALLO, candidat en lice de la  présidentielle du 18 octobre dernier, se proclamant...

Coupe CAF : le Horoya AC écarté de la course par les Pyramids d’Égypte (demi-finale)

Le Horoya AC, dos au mur. Il vient de signer sa défaite face aux Pyramids d’Égypte (2-0) lors de la rencontre du mardi, 20...

Recent Comments